Travaux / démolition

Amiante et HAP enrobés routiers

Les pouvoirs publics, par la circulaire ministérielle du 15 mai 2013, obligent les donneurs d’ordre de travaux routiers à caractériser le risque amiante avant toute intervention par une analyse préventive, soit un repérage d’amiante et HAP dans les enrobés routiers.

En effet, toute opération de travaux au sein d’ouvrages de voirie comporte un risque évident de propagation de composants toxiques tels que l’amiante (chrysotile) ou les HAP (hydrocarbures aromatiques polycycliques).

Ceci est dû à une introduction d’amiante dans les enrobés bitumineux routiers entre le milieu des années 70 et jusqu’en 1995, afin de rendre les chaussées plus résistantes, face à un trafic routier de plus en plus dense.

Quant aux HAP, ils font partie intégrante des goudrons et tout enrobé en contenant plus de 50 mg/kg est considéré comme particulièrement dangereux.

Un repérage amiante et HAP des enrobés routiers doit être mené par un expert certifié et se traduit par une méthodologie précise, à savoir une recherche historique documentaire à propos du tronçon de voirie impacté par les travaux, un constat visuel, des prélèvements par carottage à des fins d’analyse et la rédaction d’un rapport qui permet de localiser précisément les zones critiques, d’alerter sur la nécessité de protéger convenablement les travailleurs, comme de poser les bases pour gérer les déchets qui ne peuvent être recyclés et qui doivent être enrayés au travers de filières spécifiques.  

Devis express

Demandez votre devis gratuit,
réponse dans les 24H !